112 été 2008 1

FB

La sophrologie m'a apporté une autre façon de penser ma vie.
J'essaie de prendre du temps pour moi et de ne pas culpabiliser après, comme je pouvais le faire avant. Je me suis donnée d' autres priorités dans mes choix de vie ce qui m'a permis de relativiser les moments de stress au travail.


J'arrive à mieux anticiper les événements stressants en m'y préparant par des exercices appris au cours des séances de sophrologie. J'ai l'impression de mieux gérer mon stress.


Mon corps aussi a changé depuis que j'assiste aux séances de sophrologie: je suis moins ballonée.J'arrive aussi à évauer de petites douleurs avec la technique de la respiration abdominale.
Mon entourage a trouvé que j'étais plus sereine, plus "zen".


Voilà un peu un bilan de mes ressentis et de reflexion de mon entourage durant cette année de pratique de sophrologie
 

I.

Je pratique la sophrologie depuis 5 ans maintenant et elle m'apporte trois choses essentielles : une meilleure écoute de moi-même, de mes rythmes, mes émotions et mes désirs; une plus grande confiance en moi, en mes choix, en mes capacités, et en la vie; enfin une capacité à être beaucoup plus optimiste qu'avant. Etant plus à l'écoute de moi-même j'ai pu ainsi faire des choix de vie importants ces dernières années qui me permettent de vivre plus sereinement et plus joyeusement.

 

La première séance que j'ai suivie, pratiquée en groupe, m'a profondément marquée. Il s'agissait d'une technique d'initiation : la sophronisation de base longue et profonde et l'activation des trois capacités (harmonie, confiance et espoir). J'ai vécu très profondément la sophronisation, qui s'apparente à de la détente, dans tout mon corps. Impression très forte de le revivre et le ressentir de l'intérieur, dans le silence et dans la lenteur. Sensation de pouvoir me respecter et m'aimer. Parmi les trois capacités l'harmonie corps-esprit est venue tout de suite et j'ai pu l'enrichir ensuite au fil des autres séances. En rentrant chez moi ce soir-là, après cette première séance, j'ai eu l'impression de me retrouver. Pour la première fois depuis des années je n'ai pas allumé la télévision en rentrant, j'ai mangé dans le calme et dans le silence, et j'ai vécu ma soirée en conscience, en étant consciente de mes sensations physiques, de mon état intérieur et de mon environnement. Apaisée j'étais plus disponible à moi-même et aux autres.

 

Ca a été le début d'une grande aventure personnelle qui dure maintenant depuis cinq années et qui me permet de profiter beaucoup plus de la vie qu'avant.

 

Pascale

C’est sur les conseils d’une homéopathe que j’avais consultée afin de m’aider dans l’accompagnement de traitements médicaux lourds, qui avaient entrainé des neuropathies et des problèmes cutanés.

Assez réticente au départ à entrer dans ce genre de pratique que je percevais comme étant à la fois trop « psy » et pas assez dynamique, la pratique de la sophrologie m’a permis assez rapidement :

-d’être plus à l’écoute de mon corps c’est à dire prendre conscience de l’état de stress dans lequel je me trouvais quasiment en permanence, de localiser ces zones de stress,

- d’agir sur ce stress par des exercices de respiration, relâchements…

- plus tard d’agir sur la perception de mon corps (que je percevais négativement en raison des douleurs et des inconforts.)

 

J’ai appris aussi à relâcher la pression, à relativiser et accepter de « remettre à demain » ce que je ne pouvais pas faire dans l’immédiat et, important pour moi, à me projeter dans l’avenir. En effet, après la maladie, il était difficile pour moi de faire des projets. La sophrologie m’a beaucoup aidée dans ce domaine, grâce aux exercices de projection dans le futur.

 

Même si je  n’arrive pas à pratiquer tous les jours, je pense être plus à l’écoute de mon corps, et aussi être capable de m’autoriser des pauses, quand cela devient trop dur.

Je commence à être dans une sorte d’équilibre entre les « agressions » extérieures et les besoins de mon corps afin d’arriver à un calme intérieur.

 

Retour à l'accueil